Un regard qui s'arrête sur les détails que nous masque le flux du quotidien et nous donne une image poétique d'un univers trop proche.

Avec la méticuleuse précision de la macro-photographie, Sophie Thouvenin découpe ses rêves dans la trame du monde quotidien. Elle nous emmène dans une promenade colorée à la frontière entre le flou et le net, dans des pays fleuris où les formes se font sensuelles abstractions et les couleurs troublantes potions (i)magiques. C'est un pays étrange que nous parcourons, un pays où la couleur se fait forme, et où la forme se dissout dans des brumes chatoyantes, un univers de contemplations légères et rêveuses, de celles que nous avions enfants quand nous vivions des aventures enchantées dans des territoires miniatures.

La macro-photographie s'est trop longtemps concentrée sur une vision quasi-scientifique du monde, privilégiant l'abondance de détails, la fonction microscopique. Nous avions alors cet émerveillement documentaire, les joies de l'explorateur découvreur du monde, mais plus sûrement cartographe que poète. D'un coup d'aile angélique, Sophie Thouvenin apporte un courant d'air frais, fait voler les plans un peu arides et s'envoler la discipline dans un nouvel univers. Elle s'approprie la technique sans la renier pour écrire une histoire heureuse de ce monde qui se raconte en couleurs intenses, concentrées par la proximité de l'oeil.

Ce bonheur si proche, Sophie Thouvenin le cueille, le distille pour nous offrir son élixir à l'ivresse d'une douce violence qui nous fait connaître le vertige dans des espaces centimétriques et l'exotisme dans un simple bouquet de fleurs des champs.

F. Goudal, juin 2004


Depuis l’adolescence, Sophie Thouvenin explore le monde à travers ses prismes (http://www.prismes.com ). Sa vision du tout petit est douce, inspirée de l’enfance et des choses simples du quotidien. Avec la macrophotographie, elle trouve son identité visuelle et le moyen de voyager à partir de n’importe quel sujet. De son travail sur l’eau, Laurence Bagot dit :“ Sophie Thouvenin explore l'univers de l'eau et du verre à travers des transparences subtiles issues de la transposition de la lumière et de la couleur des objets dont les courbes s'entrecroisent les unes dans les autres. Elle étudie le potentiel de l'élément eau sous toutes ses formes qu'il soit liquide, glaçon, buée, bulle, si bien qu'une alchimie iconique s'effectue entre les différentes composantes. En scrutant toutes les facettes du liquide un jeu chromatique s'opère entre l'eau et son contenant. L'univers quotidien aquatique apparaît alors comme un milieu qui vit, évolue sans cesse au gré du temps. Sophie Thouvenin nous invite à "buller en apnée", respirer et s'irradier de cette fascination du fragile “Sa fascination pour le végétal lui vient de son enfance contemplative et de sa gourmandise pour les couleurs et les textures innombrables que l’on trouve dans la nature. La macro-photographie lui procure des sensations de bien-être et lui donnent accès à ses propres rêves. D’une fleur, elle fera des images abstraites et douces ou un portrait.On retrouvera également sa touche dans le thème du portrait, abordé sous des angles doux, où la personnalité du modèle transparaît, suggérée d’un regard, d’un battement de cils, ou d’une mèche de cheveux rebelle.





Using Format